Comment bien m’y préparer ?

Comment bien s'y préparer ?

Il ne faut pas oublier, une fois propriétaire, de remplir vos nouveaux devoirs et obligations:
En premier lieu, faites le nécessaire pour votre changement d’adresse et pour faire suivre votre courrier à votre nouveau domicile, et faites effectuer le changement des compteurs à votre nom.
En second lieu, prévenez également de votre changement d’adresse les éventuels organismes de crédit, banques et compagnies d’assurance chez qui vous êtes assuré.
Je vois trop souvent des personnes qui se trouvent fichées comme « mauvais payeurs », à la Banque Nationale ou auprès de compagnies d’assurance, parce qu’ils n’ont pas reçu les avis de paiement !
Malheureusement pour vous, ces sociétés n’emploient pas des bohémiennes qui peuvent lire dans le marc de café et deviner que vous avez déménagé… alors comment voulez-vous qu’ils l’apprennent si vous ne les en informez pas ?
Une fois l’acte d’achat et de crédit passés, il est temps de vérifier vos assurances et de contrôler si vous avez bien souscrit à toutes les assurances pour vous prémunir dans votre nouvelle vie, car une situation peut très vite déraper.

Ci-dessous un cas d’école :

Un couple a tout perdu et a été complètement ruiné.
Ce couple, d’une cinquantaine d’années, vivait à Bruxelles, pour des raisons de facilité et de travail. Ils y ont toujours vécu, en tant que locataires. Rêvant de vivre à la campagne et la retraite étant proche, ils décident d’acheter une maison, pour leurs vieux jours. Ils y injectent toutes leurs économies et concluent un prêt hypothécaire.
N’ayant pas d’enfants ni d’animaux domestiques et étant mal informé, ce couple ne voyait pas la nécessité d’avoir une RC familiale.
Pourtant la RC familiale ne sert pas juste à couvrir les erreurs que pourraient faire vos enfants ou les dégâts que pourrait provoquer votre animal de compagnie.
En effet, la RC familiale est un contrat d’assurance qui couvre votre responsabilité civile pour vous et toute votre famille vivant sous le même toit. En clair, elle vous protège pour tous les dégâts pour lesquels vous pourriez, vous et votre famille, être tenus responsables.
Ce couple passait tous les week-ends dans sa maison de campagne et attendait avec impatience le jour de la « pension » pour s’y installer et y vivre définitivement.
Malheureusement, un événement tragique a perturbé toutes leurs prévisions.
Un jour de semaine, alors que tous deux travaillaient en ville, la branche d’un arbre de leur propriété a fini de s’affaisser, doucement, sur la clôture de la pairie voisine. La clôture étant au sol, les chevaux présents dans ce champ se sont fait « la belle » et ont été se promener dans les environs.

Tout près de là, passe une voie ferrée, et un train de marchandises qui roulait à ce moment-là a percuté un des chevaux.
Résultat : La responsabilité civile du couple a été clairement identifiée. Ils sont responsables de l’arbre de leur jardin. Et l’enquête a conclu qu’il s’agissait d’une erreur de prévoyance due à un manque d’entretien de l’arbre.
Après deux procès perdus et malgré un recours en appel, notre gentil couple est bon pour indemniser les chemins de fer pour les dégâts occasionnés à la locomotive.

Montant de la facture : dégâts locomotive 250 000 € + 500 € de clôture et 1 000 € pour le cheval décédé sur le coup, soit une petite addition de 251 500 €. Sans compter les 7 000 € de frais d’avocat et de justice qui auraient pu être pris en charge par l’assurance protection juridique, qu’il n’avait pas non plus.
Somme que ce couple ne possédait pas. Leur maison de campagne a été vendue et il paie encore aujourd’hui le solde de leur dette.
S’il avait souscrit une assurance RC familiale pour environ 90 € par an, le tout aurait été couvert par la compagnie d’assurance.
Et cela aurait pu être bien plus grave : imaginez qu’un bus scolaire pour éviter le cheval serait tombé dans un fossé, et qu’il y aurait eu des morts…

Pour votre sécurité financière, il est vraiment utile de demander conseil à des professionnels avisés.

Le dicton : « L’avocat c’est quelqu’un… qu’il faut voir avant, pour éviter les ennuis après ! » s’applique d’autant plus pour le courtier ou l’agent d’assurances.